Les produits dits de « biocontrôle »

Ce terme rassemble diverses solutions utilisant des mécanismes naturels dans la lutte intégrée contre les ennemis des cultures ou pour l’entretien des divers espaces.
On y trouve :
Des macro-organismes comme les coccinelles pour lutter contre les pucerons
Des médiateurs chimiques comme les pièges à phéromones pour les chenilles processionnaires
Des microorganismes comme des bacilles utilisés pour lutter contre des chenilles
Des substances naturelles comme l’acide pélargonique

La loi Labbé autorise l’usage de certains de ces produits pour le désherbage. Tous les autres produits sont interdits : vinaigre, sel, démoussant…
Attention donc aux recettes maison souvent conseillées. Elles sont hors la loi car dangereuses pour l’environnement !

Alors n’est il pas intéressant d’utiliser dans nos rues de l’acide pélargonique ? C’est un produit naturel qui dispose d’une autorisation de mise sur le marché. Sachez que la cigüe est aussi un produit naturel pourtant elle est mortelle pour l’homme et il y en a beaucoup d’autres comme cela. Naturel n’est nullement équivalent à « sans danger » !
Tout d’abord l’utilisation d’un produit de biocontrôle doit respecter les mêmes contraintes que celles qu’avaient (en principe) les produits phytosanitaires : ne pas utiliser dans les caniveau ni partout où le ruissellement risque d’entraîner le produit dans le réseau d’égout et donc dans le milieu naturel ; ne pas utiliser a fortiori en bordure d’un cours d’eau ; afficher l’indication du traitement 24h à l’avance ; interdire l’accès au public lors du traitement et 6h après.

A ces contraintes s’ajoute une autre difficulté : il est nécessaire d’utiliser de grandes quantités de produit et d’effectuer de nombreux passages car ce produit est un défanant qui supprime la partie hors sol mais préserve la racine.
Une étude réalisée par Aquabrie a montré que 34 communes utilisant l’acide pélargonique déversaient plus de produit nocif que les 206 communes utilisant anciennement du glyphosphate !

Samois est une commune Zéro Phyt’Eau depuis plusieurs années. Pour obtenir ce trophée il a fallu s’engager à n’utiliser aucun produit de biocontrôle nécessitant une autorisation de mise sur le marché, y compris ceux utilisables en agriculture biologique et ce sur la totalité du territoire communal et dans la durée.

L’eau est précieuse, préserver sa qualité est notre devoir. La commune s’est totalement engagée dans cette voie. Chaque habitant est invité à faire de même