Vous avez dit Plastique ?

S’il est un matériau qui a accompagné l’évolution de notre mode de vie c’est bien le plastique. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? En réalité il y a 7 grandes familles de plastiques :

  • Le polyéthylène téréphtalate (PET) par exemple dans une bouteille d’eau, de soda, de jus de fruits ou d’huile alimentaire…
  • Le polyéthylène haute densité (PEHD) pour un bouchon de bouteille, un flacon de lessive ou de détergent, une bouteille de lait, de gel douche ou de shampoing 
  • Le polychlorure de vinyle (PVC) pour la vaisselle dure et recyclable, pour une boite alimentaire……
  • Le polyéthylène basse densité (LDPE)
  • Le polypropylène (PP) a les mêmes usages que le PVC mais en moins solide
  • Le polystyrène (PS)
  • Les autres

Il n’est pas évident de s’y retrouver  mais, en principe, sur chaque ustensile en plastique il y un nombre au centre d’un triangle fléché. Il est essentiel car il permet de savoir à quel type on a affaire et surtout quel est sa capacité à être recyclé.Parce que finalement c’est le « plastique déchet » qui nous importe ici.

Le monde prend conscience de ce que le « plastique déchet » est devenu une source incontrôlable de pollution. Et la production e plastique s’accélère toujours plus , elle devance désormais celle de n’importe quel matériau industriel. Une grande partie de l’augmentation de la production de plastique est due à son utilisation accrue dans les emballages.. Le plastique a aussi une originalité importante par rapport aux autres matériaux : Si la moitié de l’acier produit est utilisée dans des constructions qui vont durer des décennies, la moitié des matières plastiques produites finit en déchets en moins d’un an.

Chaque année environ 17 millions de tonnes de pétrole servent à faire des plastiques et 13 millions e tonnes de plastiques sont déversées chaque année dans les océans.

Plastique et recyclage : Nous savons reconnaitre le type de plastique qui est entre nos mains mais nous ne savons en recycler que 2 types : le PET (1) et le PE-HD (2) . Pire il y a deux types de PET, un transparent et un opaque, et ce dernier ne se recycle pas en France, pour l’instant.

Une autre façon se repérer pour savoir si oui ou non on peut recycler son plastique, c’est de regarder les symboles apposés sur l’étiquette. 

Le point vert
Celui-ci vous indique non pas que l’emballage est recyclable, mais que l’entreprise contribue financièrement au recyclage, à la collecte et au tri, par une redevance auprès d’Eco-Emballage qui assure le pilotage du dispositif national de tri et de recyclage des emballages ménagers.

Anneau de Möbius. Celui-ci ne vous indique toujours pas que vous pouvez recycler l’emballage. Il vous indique qu’il est recyclable en théorie, mais n’est pas une garantie que vous pouvez le recycler. Le pot de yaourt par exemple, n’est pas recyclé partout en France.


Ce symbole ne vous indique pas non plus que cet emballage est recyclable. Il est là pour vous rappeler qu’il faut le jeter à la poubelle, et pas par terre.

Enfin voici le bon ! C’est le seul symbole qui vous dit « recyclez-moi » ! C’est LE sigle qui vous dit à coup sur que votre déchet plastique va dans la poubelle jaune ! En France on recycle actuellement seulement 20% des déchets plastiques collectés.

Mais si on en recycle pas que fait on de ces déchets ? Soit on les brûle, soit on les enfouit, soit on les laisse dans la nature… La Commission européenne estime que la production et l’incinération du plastique est responsable de l’émission 400 millions de tonnes de CO2 dans le monde chaque année, soit l’équivalent des émissions annuelles d’un pays comme la France, tous secteurs confondus. 
Le plastique a aussi la caractéristique de se décomposer en particules de plus en plus petites qui s’insèrent partout et ont un impact désastreux sur la faune et la flore des océans.
C’est aussi un costaud : la bouteille jetée en forêt mettra de 100 à 1000 ans pour disparaitre.

Ajoutez à tout cela que les plastiques ne se recyclent pas à l’infini, qu’ils contiennent souvent des additifs qui seraient dangereux pour la santé s’ils étaient libérés et que leur dépolymérisation, si elle était industrialisée, consommerait beaucoup d’énergie. En outre l »évolution du recyclage du plastique suit le cours du pétrole : quand le pétrole est à prix bas il est moins couteux de produire du plastique que de chercher à recycler celui déjà produit.

Alors que faire ? Utiliser le moins possible des objets en plastique est une évidente nécessité. Bien regarder les sigles pour savoir à quel type de plastique on a affaire. Ne jamais jeter de déchets en plastique dans la nature et ramasser ceux qu’on y trouve.
Peu à peu la loi encadre les usages du plastique mais il reste beaucoup trop de possibilités et personne ne sait comment récupérer tout ce qui a été jeté à la mer…